Préparation de plaques au gélatino-bromure d'argent.

2ème Partie.

ATTENTION : Toute manipulation de produits chimiques requière les précautions d'usage. Elle se font sous l'entière responsabilité du lecteur de ces articles et Fred Marie Photography ne pourra en aucun cas être tenu responsable des résultats ou accidents possibles survenus lors de ces manipulations.

(Extrait de "La pratique en photographie" de Frédéric Dillaye (1900) ).

Il importe que l'émulsion ainsi obtenue soit lavée pour la débarrasser des sels inutiles qu'elle contient : excès de bromure soluble, azotate de potasse, etc ., etc. Pour ce faire, on la détache de la cuvette avec un cuiller de porcelaine et on la pose dans un fort canevas dont les mailles on au moins 0m,003 de largeur.On enveloppe la gélatine, et on tord le canevas comme le font les blanchisseuses pour essorer le linge ou les cuisinières pour extraire le jus de groseilles destiné à leurs confitures. Seulement cette torsion ai lieu de se faire à l'air libre, s'effectue sous l'eau. 

L'émulsion compressée entre les mailles, coupée par la trame, se divise en filaments vermiformes que l'on empêche de se réunir, en remuant le liquide avec les mains. Quand toute l'émulsion a été ainsi subdivisée, on la renverse sur un tamis de crin. La gélatine prend la forme de petits grains qu'on lave à grande eau, et on recommence l'opération à plusieurs reprises.

Cependant, il n'est pas nécessaire de prolonger outre mesure ce lavage. Des expériences comparatives ont démontré que la qualité photographique de l'émulsion n'augmentait pas de valeur. Trois heures de lavage suffisent amplement. Quelques préparateurs, substituent l'alcool à l'eau. Sous ce traitement, la gélatine durcit et adhère mieux au verre, mais l'émulsion se sèche plus rapidement. Il existe plusieurs manières de déterminer si l'émulsion est suffisamment lavée. La plus simple consiste à additionner d'azotate d'argent la dernière eau de lavage. S'il ne se forme aucun précipité, on fait égoutter l'émulsion, et même on la presse dans de la mousseline ou du papier buvard, jusqu'à ce que l'eau soit bien éliminée.

L'émulsion est alors re-dissoute au bain-marie porté au maximum à une température de 60° centigrades, et elle ne doit pas être secouée. Tout au plus peut-on l'agiter avec une baguette de verre en évitant les bulles d'air. S'en trouve t'il dans l'émulsion filtrée ? On la re-filtre à nouveau. Quelle que soit la formule admise pour la préparation du gélatino-bromure d'argent, d'aucuns emploient immédiatement l'émulsion filtrée, d'autre la font mûrir en la laissant dans la plus grande obscurité, dans un flacon bien bouché et après avoir pris soin de séparer l'ai par un couche d'alcool. Cette maturation augmente la sensibilité du produit, mais il ne faut point dépasser 3 jours en été, huit jours en hiver, car l'émulsion se corromprait.

Quand une nécessité quelconque impose la prolongation de ce délai, on peut augmenter, par l'addition d'un antiseptique, le pouvoir de conservation de la gélatine.

(A SUIVRE ...)